Excite

Partager des photos de nourriture sur le Web peut révéler un désordre alimentaire

  • mamscarlett.com

Chez certains, cela relève d'une pratique compulsive, d'une obsession numérique : photographier son assiette chez soi ou dans un restaurant et partager l'image sur les réseaux sociaux peut révéler un désordre alimentaire. C'est l'avis de Valerie Taylor, directrice du département psychiatrie du Women's College Hospital à l'Université de Toronto.

Le phénomène a été nommé Foodstagram. Il fait référence à une pratique commune qui peut virer à l'obsession dans certains cas. Une part de gâteau, le dernier plat cuisiné, le partage des photos provenant de blogs de recettes : multiplier ces clichés peut indiquer un rapport complexe et compulsif avec son alimentation.

"Pour certains, la nourriture est devenue une obsession, le centre de la vie sociale. Et tout ce que l'on communique est centré sur cet argument" a déclaré à l'Huffington Post Mme Taylor.

Partager des photos de son plat n'a rien de névrotique dans la majorité des cas. Mais quand cela devient l'unique chose partagée sur Internet, le symptôme du problème devient évident.

"Quand un utilisateur devient monothématique en excluant tout autre matériel dans le partage des informations, il peut y avoir un problème". Le phénomène de Foodstagram se décline alors en Food Porn, la "pornographie alimentaire", et peut amener à une augmentation de poids, ou à des dysfonctionnements alimentaires.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2016